Madère et les Désertas, point virgule sur l’Atlantique.

Madère et les îles Désertas, point virgule sur l’Atlantique

Aussi bien dans le fond que dans la forme, L’île de Madère et les Désertas dessinent bien un joli point virgule sur l’Atlantique.

Cet élément de ponctuation relie deux phrases indépendantes l’une de l’autre mais ayant la même logique.

Dans la forme, on distingue bien l’île de Madère formant une sorte de point surmontant les îles Désertas, à 10 milles au sud-est de là, toutes en finesse et incurvées, telle une jolie virgule posée sur l’océan.

Madère-001

Madère et les Désertas ou le point virgule volcanique de l’Atlantique !

Dans le fond, lorsque l’on quitte la vieille Europe par le Portugal par exemple, pour rejoindre en toute logique l’archipel des Canaries, lieu idéal avant le grand saut de la « transat » ; Madère presque à mi-chemin, apparaît bien en point virgule reliant le continent à l’archipel canarien via cette île où l’on parle le portugais mais plus proche géographiquement de l’Afrique.

index

C’est par une navigation en pointillé alternant « molles » et petites brises, que nous avons découvert la belle Madère.

Lis-Mad

Vie en mer : s’amuser à gréer de nouvelles voiles, « mateloter » de la garcette, observer, regarder, scruter, rêvasser, barrer …

Lis-Mad1

Passé le tumulte de capitale FunchalLeenan Head est amarré dans la célèbre marina au quai peint par les centaines de navires de passage, un calme olympien règne au pieds des vertigineux a pics verts, gris ou bruns.

DSC_2025

Tout pousse à madère ! Bananes délicieuses sous le vent de l’île, vignes cultivées en terrasse au nord et partout une végétation luxuriante et variée :

DSC_2033

Ici, les vignes qui produiront un vin prisé à l’exportation …

1 Madère

philodendrons géants, hortensias bleus électrique, hibiscus ponceau, bougainvilliers multicolores, arbre à muguet enivrant, pins maritimes, gracieux oiseaux de paradis, chênes, lauriers fuchsia, agapanthe améthyste, fougères démesurées …

Un florilège d’espèces végétales cohabitent ici pour le grand bonheur des randonneurs passionnés de volcanologie, de botanique et de nature sauvage.

DSC_2005-001

Un conseil : équipez-vous de bonnes chaussures de marche, d’un vêtement de pluie (surtout au nord où les grains pluvieux se déversent presque chaque jour), de vêtements chauds pour l’altitude (en montagne, on perd facilement 5 degrés par rapport à la côte) d’un bon guide, d’un appareil photo et de votre plus beau sourire : les Madérois rencontrés en chemin sont d’une grande gentillesse !

 

Après une escale trop courte mais nous invitant à revenir, nous quittons Madère en longeant les fameuses îles Désertas, réserve naturelle, où seule une colonie protégée de phoques moines s’épanouit en toute quiétude ainsi que quelques oiseux marins, sous la protection d’un gardien.

DSC_2084

Au printemps, nous reviendrons à Madère charger du vin à destination de l’Angleterre … mais pour l’instant, nous mettons le cap sur l’archipel des Canaries.

Publicités

Porto, Peniche, Lisbonne : le Portugal en trois escales.

Porto, Peniche, Lisbonne : le Portugal en 3 escales.

Portugal

C’est par une brume épaisse et dense que nous pénétrons à tâtons dans le port de Leixoes, proche de Porto.

DSCN2523.JPG

La marina Atlantico est abritée dans un recoin du grand port de commerce de Leixoes où se croisent dans un ballet incessant porte-conteneurs, vraquiers et autres cathédrales d’acier.

À quelques arrêts de bus de là, nous nous immergeons le temps d’un après-midi dans le tourbillon baroque du centre-ville touristique de Porto.

Étudiants et touristes prennent d’assaut les tramways, les terrasses de café et les rives ensoleillées du Douro.

Montages1.jpg

Le soir venu, nous nous « replions » loin de la foule et nous retrouvons l’équipage pour dîner à la bonne franquette dans un petit restaurant typiquement portugais :

Grande tablée avec nappe colorée, musique épicée et poissons grillés !

Nous repartons pour 20 heures de mer direction la péninsule de Peniche à environ 70 milles au sud.

Arrivé au petit matin, Leenan Head salue les pêcheurs sur de simples barques à quelques encablures de la jetée.

DSC_1566.JPG

Une escale pittoresque à souhait pendant laquelle nous apprécions particulièrement la gentillesse, la patience et la générosité des Portugais.

6 Péniche.jpg

Après une petite session de surf pour certains et de lecture-plage pour d’autres, nous irons admirer les quelques surfeurs pros en pleine compétition internationale.

Ils chevaucheront 3 à 4 mètres d’une grosse houle d’ouest déroulant puis s’écrasant dans un bruit sourd en une mousse d’écume éclatante sur le sable doré.

6 Péniche1.jpg

25 nœuds de vent nord-est et une belle houle d’ouest nous poussent vers le Cabo de Roca puis l’embouchure du Tage où le soleil couchant laisse alors place aux mille feux illuminant Lisbonne.

Après le passage du fameux pont et sous l’œil d’un Christ stoïque et monumental, Leenan Head, couleur gris souris, vire à tribord et file en catimini vers le petit port de Seixal, loin du tumulte de la capitale.

DSC_1785.JPG

(Ci-dessus le pont du Tage, lors de notre descente du fleuve quelques jours plus tard.)

Là encore, un accueil simple et bienveillant est réservé à Leenan Head et son équipage.

Quel bonheur de voir les habitants de cette petite ville souriants et prenant le temps de se saluer, de converser, de profiter… c’est que l’on commencerait presque à les imiter !

En allant nous perdre une journée dans Lisbonne à flâner, admirer ce labyrinthe de ruelles, d’escaliers en pierre, de petits kiosques ombragés et de monuments entrelacés, nous goûtons à cet art de vivre typiquement portugais.

7 Lisboa.jpg

Joli pays au bord de l’Europe ouvert sur l’Atlantique où la gentillesse des habitants a coloré chaque ruelle, a fait chanter chaque mot, a fait danser chaque sourire …

Notre prochaine escale : l’île de Madère !