Escale bretonne !

Leenan Head est arrivé à Concarneau, après 5 jours de mer durant lesquels les vents ont (enfin) été cléments !

Il fait nuit. L’équipier de quart est à la barre, les yeux balayant la mer éclairée par la pleine lune. L’astre servira de guide pour garder le cap vers la Bretagne. Leenan Head est bercé par une houle longue qui le fait se déhancher tranquillement, d’une vague à l’autre. Et les vents sont là, rendant celui qui nous paraissait être un véritable mastodonte il y a quelques jours tout à coup plus léger, et plus rapide. Toutes voiles dehors il file à 7-8 nœuds de moyenne, comme libéré, pouvant enfin s’exprimer de toute sa puissance.

Guettant l’heure de mon propre quart, j’entends alors les annonces du Cross Corsen en français à la radio…Ca y est nous voici près des côtes bretonnes. Nous devrions arriver à Concarneau dans moins de 24h. Nous traversons le rail de Ouessant, impressionnés par la taille des cargos. De nuit, difficile d’estimer de visu à quelle distance ils sont. Des géants au milieu desquels nous nous sentons bien petits. Puis l’île de Sein, à l’aube, la pointe du raz, plus tard, la baie d’Audierne. En fin d’après-midi, les habitués des lieux reconnaissent une à une les balises qui nous guident de Penmarch’ à Concarneau. Le soleil se couche donnant au ciel des couleurs flamboyantes. Dans quelques minutes ce sera les embrassades avec les proches. Les arrivées en lieux connus ont toujours un doux parfum de magie, mêlant la joie des retrouvailles et le sentiment de clore le chapitre d’une nouvelle aventure. Celle-ci était nordique, arctique et écossaise.

L’occasion de faire un clin d’oeil et de remercier celles et ceux qui l’ont partagé avec nous, en faisant confiance à notre Zulu de 110 ans et à son équipage ! Encore de beaux souvenirs, et une formidable aventure humaine…

Mais cette fois, l’escale bretonne sera rapide, car Leenan Head repartira dès la semaine prochaine avec de nouveaux équipiers pour le sud cette fois-ci, direction les Canaries…Un nouveau chapitre.

A suivre !

Leenan Head passera t-il l’hiver en Ecosse ?

Nous avions imaginé toucher les côtes bretonnes ce week-end, mais, il est parfois sage de savoir s’arrêter…Leenan Head est donc à l’abri à Campbeltown, au sud du Mull of Kintyre.

l0f_7071

Leenan Head à l’entrée du Crinian Canal

 

Les premiers jours nous avions trouvé de belles parades pour faire face aux caprices d’Eole : le Caledonian Canal et ses 28 écluses, puis le Crinian Canal. Ce dernier est pittoresque à souhait, entrainant les bateaux dans d’étroits méandres de verdures. Pour le franchir, les écluses s’actionnent à la main. Un jeu auquel l’équipage s’adonne avec le sourire. Au bout de quelques passages, chacun est rodé et la manœuvre efficace. Les 14 écluses nous ont presque fait oublier que nous vivions en mer et non à la campagne !

l0f_7083

Dans le Crinian, on ouvre les écluses manuellement

 

dsc_3356

Un zulu à la campagne

 

Il faut dire que les prévisions météo ne donnent franchement pas envie de se confronter aux éléments : pas de vent ou vents contraires forts, enchaînement de dépressions…Ouh là là, on est bien sur le plancher des vaches (poilues des highlands). A la sortie un éclusier bodybuildé à souhait avec tatouages incorporés finira de nous inciter à ne pas tarder à prendre la mer.D’un saut de puce à un autre nous longeons prudemment le Mull of Kintyre. C’est ainsi que nous sommes arrivés dans la baie abritée de Campbeltown. Un jour, deux jours…cinq jours passent ici. De quoi avoir le temps de découvrir cette petite bourgade entre deux ondées !

l0f_7149

Campbeltown by night

 

Pendant son âge d’or Campbeltown comptait 56 distilleries de whisky – contre trois aujourd’hui. Un local rencontré au pub nous confiera que de toute façon les meilleurs whisky d’Ecosse sont ici. Nous ne le contredirons pas. Il nous offrira d’ailleurs quelques breuvages à déguster. Certains auront droit à d’excellentes boissons tourbées, d’autres, à une étrange potion rose fushia, à base de cerise et d’alcool….Par soucis d’acceptation par les locaux, la potion sera bue, elle aussi, jusqu’à la dernière goutte, en grimaçant discrètement et en abandonnant l’idée de la verser par la fenêtre. Le voyageur doit apprendre à faire bonne figure en toute circonstance.

l0f_7078

Quand l’équipage travaille son style scottish…

 

N’osant risquer de trop nombreuses escapades au pub, l’équipage se prête alors à d’autres occupations. Bricolage et maintenance du Zulu nous occuperont une bonne partie de cette halte : Leenan Head n’aura que peu de jours d’escale en Bretagne pour filer aux Canaries. Epissures, surliures, révisions des poulies et des winch, exploration de certains recoins du bateau non visités depuis…on ne sait plus quand.
Les eiders, fous de bassans et goélands sont eux aussi à l’abri. Ils sont posés en rangs d’oignons sur les pontons, face au vent, attendant le signal d’un décollage imminent pour retourner vers le large.

l0f_7159

Parés au décollage…

 

L’équipage fait (quasi) de même, mais pas sur le ponton, dans le carré au coin du poêle. Arrive alors la grand messe du jour : la consultation des prévisions météo. L’œil vitreux, inquiets, le pied qui tapote impatient sur le plancher, les mains qui soutiennent les têtes lourdes, nous regardons l’écran de l’ordinateur qui nous révèle peu à peu l’avenir…

l0f_7114

Ô dame météo, dis-nous quel est notre avenir…

 

Moment important puisque certain(e)s se voient déjà passer l’hiver à Campbeltown, condamnés à boire de l’eau de vie chimique à la cerise, et à travailler leur accent scottish en comptant les goélands…Notez qu’il y a ici un pub où l’on trouve 700 whisky différents, et comme le soulève un des équipiers : « avec deux par jour, on tiendrait l’année… ». Il semble urgent d’appareiller !
Quand soudain, une lueur d’espoir éclaire les regards : oui, on ne rêve pas, il n’y a pas d’effets spéciaux : une fenêtre avec les vents du Nord tant attendus arrive enfin, annoncée pour…au moins 5 jours ! Donc, amis bretons nous appareillerons demain les voiles hautes et nous pouvons espérer vous retrouver le week-end prochain à Concarneau !
Préparez-vous à récupérer les aussières, on arrive !!!

A suivre…