Un hiver printanier aux Canaries

Un hiver printanier aux Canaries !

De retour à bord de Leenan Head début janvier, nous avons visité Gran Canaria, l’île des Canaries plus connue pour son port de Las Palmas, celui de l’avant « grand saut transatlantique » où une atmosphère électrique est palpable.

DSC_3473

Leenan Head amarré « au chausse-pieds », Las Palmas de Gran Canaria.

Il est vrai qu’on y trouve de tout à pas cher ; que l’on y croise des personnes et équipages aux profils variés, des bateaux de toutes sortes et de toutes tailles qui ne font que passer ou alors rester pour un temps indéterminé …

Il y a aussi les nombreux bateaux-stoppeurs tous en quête d’aventure transocéanique (également de tous genres).

Derrière le rempart des constructions anarchiques de la capitale, l’île cache des trésors de la nature : forêts de pins au calme méditatif, orangers débordants de fruits au bord de routes en lacet entre les villages isolés et hors du temps.

DSC_3531-001

Autre altitude autre ambiance, vous pouvez être en maillot de bain sur la côte « en bas » ou emmitouflé dans une doudoune, coiffé d’un bonnet près du sommet du Pico de las Nieves culminant au centre de l’île à 1950 mètres d’altitude.

Gran Cana - Gomera, Tenerife1

Dans les « hauts » de Gran Canaria.

C’est d’ailleurs le cas pour toutes ces hautes îles de l’archipel … à chaque altitude la tenue adéquate !

Nous quittons donc Gran Canaria la contournant par le nord, une navigation de « remise en jambes » direction la belle Gomera et l’arrivée le lendemain au mouillage dit « des babas cool » où une communauté de néo-hippies germanique et anglo-saxonne a élu domicile dans des grottes en bord de plages de galets et vivant en tenue … disons sans tenue !

Gran Cana - Gomera, Tenerife2

DSC_3854-001

Mouillage de la playa Chinguarime, dite plage des « babas cool » !

Direction ensuite vers un autre mouillage où nous reviendrons (très) souvent, celui de l’avant-petit port de la Vueltas au sud-ouest de la Gomera.

DSC_0548

Mouillage de la Vueltas, la Gomera.

Là aussi il y a des hippies, mais cette fois, en tenue de hippies.

C’est que la Gomera accueille chaque année le « Rainbow festival » durant plus d’un mois de fin décembre à fin janvier.

Le mouillage est magique, en contrebas d’une falaise de plus de 300 mètres de haut, les cris des puffins cendrés y résonnent la nuit et le plancton bioluminescent scintille dans l’eau noire berçant les nuits de Leenan Head.

 

DSC_0034

DSC_0023

Le village de la Vueltas est cosmopolite et très tranquille ; le climat y est doux et agréable sous le vent de l’île, c’est que l’on y prendrait presque des habitudes !

Gran Cana - Gomera, Tenerife5

Village de la Vueltas, au pied le Valley Gran Rey.

Comme se promener en tenue printanière dans les ruelles du « pueblo« , se baigner chaque jour ou presque au mouillage depuis le bateau palmant dans une eau délicieuse, pêcher de nuit sous la voûte étoilée où les sardines viennent taquiner notre ligne …

DSC_0601

Fruit de nos pêches nocturnes …

Gran Cana - Gomera, Tenerife9

La vie au mouillage …

Comme ce n’est pas dans nos coutumes de rester trop longtemps au même endroit, si nous allions faire un tour à La Palma ?

En forme de silex, cette île vous attire instinctivement de par son statut, elle est dans sa totalité réserve de biosphère et possède le cratère visitable le plus profond du monde, soit une caldera de 27 kilomètres de circonférence pour plus de 700 mètres de profondeur, de quoi faire pâlir les randonneurs chevronnés avides de nature et de dénivelé.

DSC_0243.JPG

Côte ouest de l’île de La Palma, vers le port de Tazacorte.

Par manque de temps, nous n’avons pas encore pu explorer l’île comme nous le souhaitions, elle se fera donc désirer encore un peu, mais la courte escale que nous y avons faite nous a déjà envoûtés …

DSC_0261

La Palma au petit matin.

Après avoir eu l’occasion d’arpenter à pied et en voiture une bonne partie l’île de la Gomera, devenue ici aux Canaries notre « île d’attache », nous ne manquons pas LA fenêtre météo nous poussant toutes voiles dehors vers la moins visitée des îles de l’archipel : Hierro.

La moins peuplée, la moins touristique elle est donc la plus attirante !

 

 

DSC_0858-001

Arrivée à Hierro.

Gran Cana - Gomera, Tenerife12

 

Hierro.

On trouve ici tous les paysages de l’ouest des Canaries : de la forêt humide, de la forêt de pins, des cactus, des champs verdoyants où paissent en toute quiétude, vaches, chèvres, chevaux ; des champs de lave aux allures lunaires … le port de La Restinga situé au sud de l’île, ne vit que de la pêche et du tourisme subaquatique : Hierro fait partie des meilleurs spots de plongée au monde, avec une visibilité sous l’eau pouvant atteindre 50 mètres ! Raies manta, mésoplodons, dauphins, tortues, une faune et une flore semi-tropicale s’ébattant autour de l’île.

On peut même aller visiter le lieu où passait l’ancien méridien 0° dominant l’horizon et nourrissant tous les rêves de grands voyages : Cap-Vert, transatlantique, Antilles …

Prochaine escale : Tenerife, où nous n’avons, jusque maintenant, fait que passer furtivement au sud, mais toujours sous le regard imposant du grand Teide (plus haut sommet d’Espagne culminant à 3800 mètres) et toujours avec la complicité d’un banc de globicéphales tropicaux, sédentaires des lieux.

DSC_3788

En arrière-plan, le mont Teide.

Gran Cana - Gomera, Tenerife11

Dauphins communs évoluant au sud-ouest de la Gomera, timide globicéphale tropical sédentaire du sud-ouest de Tenerife et un arc-en-ciel à la Gomera.

Un hivernage aux Canaries touchant bientôt à sa fin, alors nous profitons des dernières semaines d’île en île et de mouillage en balade, jusqu’à la fin de l’hiver…

Publicités

Le « Far East » des Canaries

Le « Far East » des Canaries

Nous avons quitté Graciosa par un temps radieux, une brise parfaite et étions le seul bateau sur l’eau.

Blog + FB stage Graciosa - Gran C1

Les immenses falaises du nord de Lanzarote, remparts naturels à la verticale vertigineuse, une fois contournés par la pointe de Fariones, ce sont les contrastes du petit port d’Orzola qui nous fascinèrent.

Le basalte couleur d’encre mat et déchiqueté, rehaussé du blanc éclatant des maisons simples à toits plats du village et l’écume éclaboussant la roche noire créaient un décor presque irréel.

Nos équipiers-stagiaires, tout à leurs observations, ont alors pris leurs marques à bord de Leenan Head où ils passeront 10 jours, de Graciosa donc jusqu’à Gran Canaria en passant par l’aride Lanzarote, l’insolite Lobos et la désertique Fuerteventura.

Blog + FB stage Graciosa - Gran C

Arrecife et sa marina ultra moderne, presque luxueuse où nous débarquons pieds nus, un peu ahuris par tant de… civilisation !

Blog + FB stage Graciosa - Gran C2

Un accueil parfait pour ce stop « avitaillement » de quelques heures avant de filer vers Puerto Calero… enfin filer, un bien grand mot… la pétole mole de 14h à 15h nous à offert un bain improvisé en cette journée aux températures plus qu’estivales.

DSC_2704-001

Puerto Calero, c’est le petit St Trop’ de Lanzarote … nous nous échappons alors, toujours avec une petite brise portante vers le mouillage de la Playa Papagayo et sa vue imprenable sur les doux reliefs volcaniques de l’île s’embrasant dans un coucher de soleil à la beauté surréaliste.

DSC_2776

Coucher de soleil au mouillage de Papagayo, entre Lanzarote et Fuerteventura.

Blog + FB stage Graciosa - Gran C4

Mouillage de Papagayo.

DSC_2785-002

Découverte des fonds avec masques et tubas :

Ballet de coquettes multicolores, curieuses daurades, oursins télescopiques, requins-guitares, etc.

Blog + FB stage Graciosa - Gran C6

Cap sur l’île Lobos, petit joyau volcanique situé au nord de Fuerteventura, prise de coffre dans une petite baie aux eaux turquoises … le lendemain, après la baignade de rigueur, nous ferons le tour de l’île à pieds dans un décor sauvage et préservé grâce à sa classification « réserve naturelle ».

Blog + FB stage Graciosa - Gran C5

Blog + FB stage Graciosa - Gran C7

Isla Lobos.

A Fuerteventura, nous ferons 2 escales et constatons le contraste avec Lanzarote :

Peu voir pas de touristes, petits ports où (quelques) voiliers et bateaux de pêche se côtoient, une ambiance de bout du monde, de « Far West » à l’est de l’archipel.

Blog + FB stage Graciosa - Gran C8

Nous longeons Fuerteventura et visiterons les port de Gran Tarajal puis Moro Jable avec une petite bonite pêchée à la traîne !

C’est le moment de quitter les belles îles arides de l’est, cap maintenant à l’ouest : direction Gran Canaria et le petit port de « Pasito Blanco », histoire de ne pas arriver tout de suite dans le brouhaha de la grande capitale!

Blog + FB stage Graciosa - Gran C9

Port de Pasito Blanco, sud-ouest de Gran Canaria.

Rencontre insolite avec un Irlandais à bord de son catamaran, reconnaissant immédiatement Leenan Head qu’il avait emprunté en Irlande pour rejoindre Inishbofin …!

Blog + FB stage Graciosa - Gran C10

Visite du quartier Triana de Las Palmas.

Quelle navigation pénible à forcer contre la mer et le vent afin de remonter vers le nord est de Gran Canaria et de rejoindre le port de Las Palmas… pas trop le choix en même temps… mais Leenan Head se comporte bien, c’est sa dernière navigation de l’année 2017 !

DSCN2679-001

Après la visite du quartier Triana, centre historique de la tentaculaire Las Palmas, Leenan Head se fera chouchouter avant de nous attendre bien sagement jusqu’en 2018… pour de nouvelles navigations !